Culture

Qu’est-ce que la Porn Valley ?

porn valley

Vous avez sans doute entendu parler de la Silicon Valley. Il s’agit de l’une des zones où l’industrie informatique a connu ses débuts et où elle s’est fortement développée. Cependant, à Los Angeles (la plus grande ville de la région), il n’y a pas qu’elle. En plus de l’industrie du septième art à laquelle sont associés Los Angeles et la Californie (Hollywood en particulier), une autre industrie a su faire son chemin, et elle concerne la sujet qui nous occupe sur ce site. La Porn Valley n’est autre que son fief. Qu’est-ce que la Porn Valley ? Vous le saurez en lisant cet article.

Le fief de l’industrie du X

Des titans de l’industrie du numérique se trouvent également dans le sud de la Californie, à quelques pas de la célèbre Silicon Valley. En effet, la Porn Valley rassemble non loin de « La Cité des Anges », le gratin de l’industrie pornographique des Etats-Unis depuis 1970. Surtout en ce qui concerne les plateformes web dédiées au porno qui s’imposent dans cet univers et drainent tous les jours, une quantité monumentale de visiteurs.

« San Pornando Valley » : l’implantation de la Porn Valley

Au sud de la Californie se trouve la banlieue enclavée et ensoleillée de San Fernando. Elle est toutefois connue sous une autre appellation : la Porn Valley. San Pornando Valley est, comme vous l’aurez compris, une dénomination satyrique.

Le secteur de la pornographie, en plein développement, a trouvé refuge depuis les années 70 dans les collines en haut d’Hollywood. C’est dans des maisons privées et des entrepôts que la plupart des films de sexe des USA sont tournés. Au total, pas moins de quatre milliards de dollars ont été récoltées par an, avec les ventes. C’était dans les années 90 et l’industrie des films pour adultes était à son apogée.

Comment San Fernando est devenue la Porn Valley

Dans le temps, c’était à L.A., San Francisco et New York que s’étendait l’industrie du porno, notamment à son commencement. Le domaine du divertissement était concentré en ces trois lieux. Si, par la suite, l’entreprise s’est tournée vers la vallée de San Fernando, c’est principalement parce que les loyers proposés étaient abordables. De plus, cela permettait d’accéder au cinéma classique.

La distance séparant San Fernando et Los Angeles n’est pas grande. Sa proximité avec Hollywood lui a permis de disposer de talents nécessaires à son essor. Il s’agit entre autre d’équipes de réalisation, de montage et d’acteurs dans le besoin d’une seconde source de revenus.

Dans les années 90, tandis que le cinéma grand public et la télévision battaient de l’aile, la vallée du porno proposait des emplois parfois très rémunérateurs. Les productions grand public des studios étaient livrées à l’étranger où il était possible de tourner à coûts réduits. Les conséquences de cette situation ont poussé les salariés à manifester leur mécontentement.

Petit à petit, le porno a commencé à prendre de l’ampleur et, chemin faisant, il est devenu moins clandestin et moins coûteux. Avec l’avènement du web et sa notoriété grandissante, il est devenu assez aisé d’accéder à du contenu destiné aux adultes. La popularité croissante d’Internet a rendu plus facile que jamais l’accès aux contenus de ce type.

En 1999, alors que le nombre de films produits par l’industrie du porno progresse de 25 %, celui des films produits par le cinéma classique chute de 13 %. L’écart entre San Fernando et Hollywood se creuse de plus en plus à partir de là.

Peut-on toujours parler de Porn Valley ?

Depuis 2012, des nuages noirs s’amoncellent au-dessus de la Porn Valley. Effectivement, une loi obligeant les acteurs de films pornographiques à porter des préservatifs lors des scènes tournées a été votée à cette date. Dès l’entrée en vigueur de cette mesure, San Fernando a connu un exode massif. Un grand nombre d’employés du secteur du porno ont déserté la « Cité des anges » pour des « prairies plus vertes » (Las Vegas dans le Nevada). Là-bas, aucune limitation n’a encore été votée. Il est alors probable que la Porn Valley ne doive plus être considérée comme le siège du porno.

Interview de Laureen Ortiz pour son livre « Porn Valley, une saison dans l’industrie la plus décriée de Californie » sur TV5 Monde
Mélodie

AuteurMélodie

Bonjour, je m'appelle Mélodie et j'adore écrire, sur tous les sujets. Sur ce site au nom "putaclic", je vous parle de sexe, oui, mais jamais avec vulgarité. Bonne lecture !